Nous contacter
Accéder à mon compte
Studios et Bureaux de Jardin

Studios et Bureaux de Jardin

Maisons et extensions en Bois de Qualité

Votre Studio de jardin garanti 10 ans
Maisons en Bois de Qualité
Caractéristiques du procédé BatiPack de Woodway
Performances Mécaniques
Les parois du système Batipack servent au contreventement du bâtiment.
Elles sont alors sollicitées dans leur plan par des efforts horizontaux qui sont transmis jusqu’aux fondations de l’ouvrage. Le contreventement est un système statique destiné à assurer la stabilité globale d’un ouvrage vis-à-vis des effets horizontaux issus des éventuelles actions sur celui-ci (par exemple : vent, séisme, choc, freinage, etc.).
Les études réalisées par l’Institut Technologique FCBA, partenaire du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), ont déterminé le coefficient de modification (Kmod), pour une durée permanente, égal à 0,42.
Résistance sismique

Conformément à NF EN 1998-1, les parois du système « Batipack » ont une classe de ductilité limitée, c’est à dire que le coefficient de comportement « q » à utiliser pour le dimensionnement au séisme est : q = 1,5.

Ce graphique nous permet de comprendre qu’un matériau avec un coefficient de comportement bas, résistera mieux aux séismes.
Ce coefficient de comportement « q » est définit par l’Eurocode 8 (Conception et dimensionnement des structures pour leur résistance aux séismes) pour représenter l’ensemble des phénomènes contribuant au comportement de l’ouvrage (ductilités, sur-résistance, non linéarités géométriques, comportement d’ensemble…).
En pratique, le coefficient « q » sert au dimensionnement : les actions sismiques sont déterminées par un calcul linéaire équivalent où les forces élastiques obtenues sont divisées par q, ce qui plafonne la résistance de la structure. Le système BatiPack répond à l’ensemble des nouvelles exigences sur la déconstruction. Les études réalisées par le FCBA ont validé la performance du BatiPack sous sollicitation sismique.
Quelques explications sur la TENSÉGRITÉ
Les structures construites sur la tenségrité sont réalisées en reliant des barres (ou autres éléments rigides comme nos éléments de murs) par des câbles, sans que les barres soient directement reliées entre elles.
On construit alors un système rigide et déformable, stabilisé, non par la résistance de chacun de ses composants, mais par la répartition et l'équilibre des contraintes mécaniques dans la totalité de la structure.
Les principaux avantages de ce système sont sa légèreté, sa consommation minimale de matière première et surtout, sa souplesse et sa flexibilité, associées à une extrême solidité.
Un exemple connu de tous de structure en tenségrité est la roue de vélo (ou toute roue à rayons). Dans cette structure, le moyeu et la jante sont les structures en compression et les rayons vissés entre les deux, sont les éléments en tension. Ils permettant aux forces d’être transmises du sol au cycliste et vice-versa. Alors même que chaque rayon, séparé de la structure unifiante en tenségrité est fragile et peut se tordre très facilement, l’organisation collective des rayons en triangulation et tension constitue un arrangement particulièrement stable, solide et léger.
Le système BatiPack repose sur la tensegrité qui est réalisée par un câble positionné de part et d’autre de chaque bloc.
Chaque câble est en acier galvanisé de diamètre 8mm. Il est muni d’un fourreau fileté à chaque extrémité. Les structures établies sur la tensegrité sont réalisées en reliant des blocs par des câbles, sans que les blocs soient directement reliés entre eux.
L'utilisation de la TENSÉGRITÉ n'est pas une invention de BatiPack. De très nombreux ouvrages dans le monde tirent parti de ce principe pour créer des structures rigides et légères.
L'exemple le plus connu en France est le dôme de la Géode (Cinéma panoramique à la Cité des Sciences à Paris). Voyez également ce dôme de télécommunications installé au Pôle Nord.
 
  •  
  •